Parfum des Arts
Bienvenue sur Parfum des arts ! Si tu es un membre, connecte toi ! Si tu ne l'es pas encore, nous espérons te compter parmi nous bientôt Smile

Derniers sujets
» Vivre sous la bannière de la liberté
Lun 29 Jan 2018 - 15:23 par chairminator

» Créations personnels
Mar 26 Déc 2017 - 14:46 par chairminator

» Tournoi de Chevalets à Provins
Mar 22 Aoû 2017 - 15:41 par Gallica

» quelque dessins et photo
Dim 18 Déc 2016 - 0:59 par Invité

» Retour après un an 1/2 d'absence .....Très occupé
Dim 18 Déc 2016 - 0:31 par RIRI

» Mini-galerie de RIRI
Dim 18 Déc 2016 - 0:28 par RIRI

» Bonjour
Ven 16 Déc 2016 - 20:31 par Invité

» La guerre des étoiles ^^
Mar 13 Déc 2016 - 18:06 par yoda00

» Le retour :D
Mar 8 Nov 2016 - 22:27 par yoda00

» lles remparts
Mar 6 Sep 2016 - 7:45 par Buffa aline

notre artiste du moment :

  Ayumi

est notre

artiste du mois !

Bravo à elle !

 

Ce mois-ci : dessin en cours...

Venez voir l'évolution de

ce magnifique cheval,

par COBRA :

Voir l'évolution

sur ce TOPIC !

Ce mois-ci, dessin en cours :

  TRACTEUR,

 par

   shadow

Voir l'évolution

du travail

ICI !

Ce mois-ci : "Béziers"

Une magnifique

aquarelle, par

ROGER J.

Ca se passe sur

ce TOPIC !

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Parfum des Arts » LES REALISATIONS (oeuvres achevées uniquement) » Autres formes d'Art » Ecriture » L'éphémère.

L'éphémère.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 L'éphémère. le Sam 21 Nov 2009 - 7:57

Trompe-l'oeil.


Nouveau
Nouveau
Je l'ai connue, jadis,
Dans un trou de verdure,
Comme le Val de Rimbaud,
Quelque part dans ma tête,
Où les secondes étaient,
De belles éternités.

Je l'ai connue, jadis,
Par un fantôme; Arthur,
Plus qu'un simple grimaud,
Mais un anachorète,
D'un moment où jamais,
Je n'ai voulu quitter.

Je l'ai connue, jadis,
D'un récit de torture,
D'où exaltaient des mots,
Les parfums du poète;
Une cage qu'ils partageaient,
Où ils furent prisonniers.

Je l'ai connue, jadis,
Dans la nuit, sans parure,
Au milieu des salauds,
Et gracieuse sans paillettes,
Comme les plaisirs de paix,
Fleurissant tout l'été.

Je l'ai connue, jadis,
Alors que les souillures,
De mon flétri cerveau,
Saignaient les trouble-fêtes,
En myriades, que fauchait,
Ta saisissante épée.

Je l'ai connue, jadis,
Ma sauveuse d'envergure,
Dans les vers de Rimbaud;
Quelque part dans ma tête,
Les secondes m'inspiraient,
De belles éternités.

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum